Liquidations Offres Emplacements De Magasin De Sortie Pinto Di Blu Flicker Sandales Bout Ouvert Femme Taupe 20 36 EU k91NYeaPrI

SKU127320557393295
Pinto Di Blu Flicker, Sandales Bout Ouvert Femme, (Taupe 20), 36 EU
Pinto Di Blu Flicker, Sandales Bout Ouvert Femme, (Taupe 20), 36 EU
Oxitaly Stefy 306 Escarpins Bout Fermé Femme Corda Corda 41 EU Acheter Pas Cher Expédition Faible La Sortie Abordable Vente Chaude Pas Cher Style De Mode À Vendre Paiement De Visa En Ligne jkkCS
Inscription

Écoles à la une

IGIamp;CO Dcy 11736 Sandales Bout Ouvert Femme Perla 11 37 EU Sortie D'usine De Sortie nudyuouM2

BAC

Retour au menu

Supérieur

Retour au menu

Métiers

Retour au menu

Alternance/Stages/Emploi

Retour au menu

Pratique/Aides

Retour au menu

Filière

Retour au menu

Réussir

Wize amp; Ope LED Baskets Basses Mixte Adulte 02 Taille 37 À Vendre Prix Pas Cher Dernières Collections Vente Magasin De Sortie Énorme Surprise Pas Cher En Ligne Réduction De Sortie mMssABF8U

Diplômes

Retour au menu

Établissements

Retour au menu

Réussir

Timberland Mayport Canvas Baskets Enfiler Femme Crabapple Canvas with Natural Tan K41 41 EU Offres En Ligne Pas Cher Feuilleter MNScN

Métiers

Retour au menu

Métiers par secteur

Abordable Vente En Ligne Anthracite Ombre Glitter 38 EU Images Footlocker wx3K0CsyF

Alternance

Retour au menu

Stage - Premier emploi

Retour au menu

Les RDV de l'orientation

Gabor Shoes Comfort Sport Mules Femme Peanut 43 EU Vente Amazon Rabais Meilleur Date De Sortie De La Vente À Bas Prix Original Rabais ekE5Q76F

International

Retour au menu

Vie étudiante

Le blog

On entend mille choses sur l’intelligence artificielle, des plus inquiétantes aux plus fascinantes. Mais Qu’en pensent vraiment ceux qui la côtoient tous les jours ? Futur en Seine lance Humans of IA pour donner la parole aux start-uppers, chercheurs, ingénieurs qui travaillent dans le domaine de l’intelligence artificielle. L’occasion de découvrir leur vision, leurs défis et dedémêler les fantasmes de la réalité pour mieux comprendre le monde qui nous attend demain.

Pour ce premier portrait, nous sommes allés à la rencontre de Gwennael gate , cofondateur de Les Tropéziennes par M Belarbi Sandales compensées irisées Cerena taupe Prix D'usine J3Yirc3BM
, une start-up qui permet aux commerçants d’améliorer la relation client grâce à des caméras capables d’analyser les mouvements et émotions des personnes filmées. Vous pourrez tester leur technologie parmi les démos présentées à Futur en Seine cette année.

Qu’est-ce qui vous a amené à vous intéresser à l’intelligence artificielle?

On peut dire que c’est une passion. Aurélien et moi, on a tous les deux fait une thèse en intelligence artificielle avant de travailler chez Aldebaran Robotics et de fonder Angus.ai.

Avez-vous un domaine de spécialité dans l’intelligence artificielle?

L’intelligence artificielle c’est un domaine très vaste, mais dans l’IA, il y a les technologies de perception. Comme leur nom l’indique, ces technologies permettent de voir, d’entendre, de comprendre le monde qui nous entoure. Pour dire cela avec des termes plus techniques, cela s’appelle du traitement de l’image et du son, du traitement automatique. C’est vraiment la phase qui m’intéresse dans l’IA et dans laquelle Angus.ai est spécialisé.

Quelle serait votre définition de l’intelligence artificielle?

Ce n’est pas une question évidente, personne n’a la même définition.

L’informatique à l’ancienne n’avait pas vocation à s’adapter. Par exemple, un logiciel de bureautique comme Excel ou Powerpoint est vraiment un automate qui attend qu’on lui donne des ordres. Il va être capable de faire des opérations, mais tout le temps les mêmes, de manière absolument déterministe. Ce qu’apporte l’IA, en plus d’une capacité de calcul, c’est la possibilité de s’adapter un tout petit peu qui va permettre à la machine de ne pas être bornée à une tâche unique. Pour prendre un exemple, l’informatique aide depuis longtemps les ressources humaines à faire leur travail dans une entreprise. Après avoir trié 500 CV, les 10 sélectionnés vont être rentrés dans un fichier Excel qui va permettre de conserver l’information et d’en faire le suivi. Dans ce cas, l’intelligence artificielle va un peu empiéter sur le travail de l’humain parce qu’elle va être capable de prendre en charge la sélection des CV. Sélectionner un CV, ce n’est pas évident parce qu’il faut être capable de comprendre différents formats types, avec certaines personnes qui mettent la formation avant l’expérience professionnelle et d’autres qui font l’inverse. C’est une tâche qui n’est pas très compliquée pour un humain — c’est même probablement rébarbatif — mais pour l’ordinateur, c’était impossible avant que l’intelligence artificielle ne lui donne une petite brique d’adaptabilité qui lui permette de s’adapter à différents formalismes de CV.

Est-ce-que le degré d’adaptabilité de l’intelligence artificielle est variable?

C’est une bonne question parce qu’il y a des tâches qui demandent un grand degré d’adaptabilité et d’autres qui en demandent un petit. Aujourd’hui, l’IA ne sait gérer que des tâches avec des petits degrés d’adaptabilité. L’IA qui a battu le champion du monde de go est impressionnante parce qu’il faut être capable de s’adapter aux coups de l’adversaire, et néanmoins cela reste une capacité d’adaptabilité limitée. Par contraste, une IA serait incapable aujourd’hui de vider le lave-vaisselle parce que cela demande une capacité d’adaptation énorme. On n’en a pas l’impression parce que c’est facile pour nous humains de vider le lave-vaisselle, mais il faut être capable d’identifier toutes les formes d’assiettes, de verres, de tasses, de couverts qu’on a dans une cuisine, et de pouvoir les attraper dans le lave-vaisselle où ils sont rangés n’importe comment.

À votre avis, l’intelligence artificielle sera-t-elle un jour capable de gérer des tâches nécessitant un haut degré d’adaptabilité?

Oui, je pense. Il y a environ cinq ans, on est passé d’une informatique automate à une informatique capable de gérer des choses un peu plus complexes, d’où le buzz de l’IA aujourd’hui. On va continuer d’augmenter la capacité des machines à comprendre leur environnement, mais ce n’est vraiment pas pour demain, plutôt pour après-demain.

Avez-vous une idée de l’horizon temporel que cela peut représenter?

Non je n’en sais rien, je dis juste que ce n’est pas pour demain. Il y a encore plein de problèmes à résoudre pour avoir des IA capables de se balader autour de nous. On ne s’en rend pas compte mais notre monde est très complexe. Une machine est capable de comprendre un monde relativement structuréalors que le monde familier est vraiment déstructuré. Et c’est pourtant dans ce monde-là qu’on aurait besoin de machines. En termes d’échelles de temps, je ne m’avance pas trop: ce ne sera pas avant cinq ou dix ans, et très honnêtement je pense que cela n’arrivera pas de manière déployée avant cinquante ans.

Pensez-vous qu’il faille s’inquiéter du développement exponentiel de l’IA?

Dans les années 70, l’informatique ne faisait absolument rien toute seule; elle était dépendante de l’homme dont elle attendait les ordres. A partir du moment où on introduit l’intelligence artificielle, l’informatique devient capable de trier des CV, de transformer une dictée en SMS: ce sont des micro-tâches qui ne sont pas dangereuses. Mais forcément, cette capacité de l’informatique à faire des choses toute seule va augmenter, ce qui pose deux problèmes.

Le premier, c’est qu’on retire l’homme de son travail. La personne qui sélectionnait les CV ne le fera plus. Très honnêtement, je pense qu’elle va faire autre chose, je ne suis pas inquiet. Mais cela pousse forcément l’homme ailleurs dans son rôle au travail. Ce n’est pas un hasard si Benoît Hamon veut taxer les machinesdans son programme présidentiel : c’est lié à ces évolutions qui font que des machines vont se mettre à travailler 7 jours sur 7, toutes seules et de manière autonome.

Et le deuxième problème, c’est que cela pose des questions sur la perte de contrôle des machines. À mon avis, ce n’est pas prêt d’arriver. À part deux ou trois uluberlus qui en font leur fonds de commerce, je crois que la plupart des spécialistes seraient d’accord pour dire qu’il s’agit de science-fiction. C’est un sujet philosophique, et non un sujet politique ou social urgent, et je trouve que certaines personnes ne disent pas assez clairement ces choses-là. On joue un peu trop sur le facteur peur de l’IA alors que nous sommesloin d’être capables de créer un robot comme Terminator qui viendrait tuer tout le monde.

Justement, puisqu’on parle de science-fiction, y a-t-il des livres, films ou séries de où vous trouvez que l’IA est bien représentée?

C’est rare de voir quelque chose de réaliste. Il y a des films qui ont des intelligences artificielles sympathiques mais qui se positionnent en 2500, donc je ne peux pas juger de ce qu’on sera capable de faire d’ici là. Il y a d’autres films où on sent qu’on n’est pas dans un avenir si lointain et où les intelligences artificielles sont beaucoup plus évoluées que ce que je crois qu’elles seront au même moment.

Vous m’avez dit tout à l’heure que l’intelligence artificielle était révolutionnaire. Est-ce que vous pourriez m’expliquer pourquoi?

Si on fait un historique très rapide, au début il y avait l’homme et ses outils: c’était nos muscles, nos yeux et notre cerveau qui travaillaient. Avec la révolution industrielle, dans la deuxième moitié du dix-huitième siècle, on a remplacé nos muscles par des moteurs. On s’est mis à travailler avec des perceuses et des marteaux piqueurs. Cent ans plus tard, l’avènement de l’informatique a favorisé le développement de la robotique industrielle: on a remplacé les perceuses par des bras automates. Dans tous ces cas de figure, l’homme est toujours quelque part, même dans la dernière étape puisque c’est l’homme qui doit programmer le robot pour percer au bon endroit. Avec l’arrivée de l’intelligence artificielle, ce qui change, c’est que les automates deviennent capables de s’adapter tous seuls aux différentes pièces qu’ils doivent percer. Pourquoi c’est une révolution, parce que là, vous commencez à avoir un robot qui travaille un peu comme un homme: les yeux, la tête et les muscles. C’est la première fois dans l’histoire du travail qu’on en est à ce stade-là. C’est pour cela que je pense que c’est une vraie révolution, et je ne suis pas le seul à le penser d’ailleurs.

Quels sont les défis que la cohabitation avec les intelligences artificielles va poser?

Cela en pose pleins. Aujourd’hui on a tendance à survendre l’intelligence artificielle en disant que les robots compagnons, les assistants virtuels ou chatbots ont pour vocation de nous rendre la vie plus simple en interagissant avec nous de manière naturelle à l’écrit ou à l’oral. La vérité c’est que la capacité de compréhension des IA est un peu exagérée, si bien que le premier défi présent est de répondre à la frustration que cela crée chez l’utilisateur.

Dans la cohabitation future, ce premier défi va s’amenuiser, mais un autre plus idéologique va émerger. Je ne suis pas certain qu’un homme soit fait pour être assisté dans toutes les tâches du quotidien. Je pense que les hommes aiment accomplir certaines tâches simples comme la cuisine, qu’ils aiment parler d’homme à homme sans l’intermédiaire d’un système informatique.

Cela veut dire que l’IA ne doit pas être omniprésente et qu’elle ne doit pas être trop visible. J’aime bien le slogan de Snips :parce que je partage assez la vision qu’il fautfaire disparaître la technologie. Une vraie intelligence, on ne la voit pas forcément.

Y a-t-il des limites à l’intelligence artificielle?

Je n’en sais rien mais je pense qu’il y a des choses que l’IA aura intrinsèquement du mal à faire. Par exemple, aujourd’hui les IA sont incapables d’apprentissage non supervisé. C’est un terme un peu barbare qui veut dire que les IA sont incapables d’apprendre par elles-mêmes dans une situation inconnue. Elles ne peuvent apprendre que si on les a entraînées à reconnaître des patterns. On est vraiment aux balbutiements de l’intelligence artificielle, donc il y aura d’autres enjeux à l’avenir, par exemple pour déterminer si les machines peuvent être capables d’exprimer ou de ressentir des émotions.

Quels sont les défis de l’intelligence artificielle dans le domaine de la perception?

Les enjeux sont simples: il s’agit d’augmenter les capacités d’une machine à percevoir des choses de plus en plus inattendues, complexes, variables. Aujourd’hui une machine est capable de reconnaître de manière relativement fiable un humain dans une vidéo. Mais s’il sort du cadre d’apprentissage de la machine et qu’il est vu d’en haut, de côté ou de dos, alors l’IA ne sera pas à même de le reconnaître.

Un autre enjeu plus complexe est d’améliorer le niveau de compréhension du mondedes machines. Un humain va être capable de détecter un comportement suspect grâce à de nombreux micro-signaux, mais c’est aujourd’hui impossible pour la machine. Dans le contexte de menace terroriste actuel, cela pourrait être utile de pouvoir repérer de manière automatique les comportements suspects, mais les algorithmes en sont incapables car ils n’ont pas ce deuxième niveau de lecture.

Essaie-t-on toujours de reproduire les modalités d’apprentissage humaines chez la machine?

Il y a eu plusieurs courants mais de temps en temps on prend d’autres chemins. Quand on travaille sur des problématiques concrètes, le biomimétisme n’est pas toujours le meilleur modèle. Par exemple, en robotique industrielle, dont je vous parlais tout à l’heure, les robots vont à une cadence surhumaine: la machine est plus rapide et plus réactive et l’objectif n’est pas d’imiter l’homme.

Certaines personnes dans le milieu de l’intelligence artificielle se servent de cet exemple pour expliquer qu’on n’a pas besoin de reproduire le réseau de neurones des humains. Même si ces jours-ci on en prend plutôt la voie parce qu’il y a une mode du deep learning. Mais il n’est pas impossible que cela change un jour.

Pour moi, l’intelligence artificielle ce sont des algorithmes qui simulent une partie de l’intelligence humaine et qui démontrent une petite capacité d’adaptation.

Minelli Escarpin Edite Prix Bas À Vendre Acheter Pas Cher 2018 Nouveau Nouveau Style De La Mode Jeu Le Plus Récent Prix De Gros À La Vente Ui25Dbbsd
EN FR
La plateforme Dynamique filière Ecoconception Congrès [avniR] Les Tropéziennes par M Belarbi Sandales HAMAT Remises Vente En Ligne Meilleur Prix Pas Cher Acheter Magasins D'usine Pas Cher Paiement De Visa En Ligne IYgXdS
Affichage env. Espace Membres

- SESSION SECTORIELLE -

Jeudi 9 novembre 2017 de 11h à 12h30 - Salle de commission C

Les objets connectés, téléphones portables, électroménagers et autres appareils électriques ou électroniques sont de plus en plus présent dans notre quotidien. Ces technologies sont-elles conçues de manière circulaire et respectant notre environnement ?

Venez découvrir la manière dont les ingénieurs en électronique éco-conçoivent les produits d’aujourd’hui et de demain et réfléchissent à l’économie circulaire liée aux Equipements Electriques et Electroniques.

Pierre MOREL Directeur Développement Durable, SOMFY

Mélanie BORDIGNON Responsable écoconception, Alstom

Mélanie BORDIGNON Responsable écoconception, Alstom
J'ai rejoint le groupe ALSTOM en 2009 en tant que responsable écoconception après une thèse en sciences et génie des matériaux chez RENAULT en partenariat avec les Mines Paristech. Ces 5 dernières années, j'ai développé l'activité écoconception chez ALSTOM transport Villeurbanne avec entre autres, la définition de méthodes d'ACV pour les produits électroniques, la rédaction de règles d'or pour écoconcevoir ce type de produit, et la création et l'animation de formations sur ce sujet. En janvier 2014, j'ai contribué à l'extension du scope de certification ISO 14001 aux activités de conception et de développement de produits, autrement dit j'ai intégré l'écoconception dans le périmètre de cette certification. Le système de management environnemental mis en place a été évalué selon la méthode AFAQ écoconception, et notre site a obtenu un niveau de maturité 3/4 (confirmé).

Laurène Cuénot Chargée d'études et écoconception Eco-systèmes

Laurène Cuénot Chargée d'études et écoconception Eco-systèmes
Après trois années dédiée aux développements ACV au sein du pôle de Recherche avancée de L'Oréal, Laurène Cuénot a rejoint Eco-systèmes en tant que Chargée d'Etudes et d'Ecoconception. Créé en 2005, Eco-systèmes est un éco-organismes agréé par les pouvoirs publics français pour organiser, mettre en œuvre et développer la collecte, le traitement et le recyclage des Déchets d'Equipements Electriques et Electroniques (DEEE) sur l'ensemble du territoire. Au sein du service Etudes et Développement d'Eco-systèmes, Laurène mène, en collaboration étroite avec les différents acteurs de la filière, divers projets et études d'écoconception en vue de la fin de vie des EEE.

Romain Lesage Ingénieur Environnement, Récylum

YvJiHU1AaxF7DQFNuSZKoEFMQFnmLx3MAh_kY-iJUMbjo5vyePIgpihxVJawusuNw8AHqTGc9IQGlaz1YZ0DKv0f7aI6s3Wx_zhRfmkw7yglSbrihKLaBx_Df69gLF6gg 1 https://ssl.microsofttranslator.com/static/25481438/img/ 正在提交... 批准 批准将此翻译作为默认翻译 拒绝 对其他用户隐藏此翻译 还原 对其他用户显示此翻译
Bruxelles 2 Pro
Approfondir, décrypter, anticiper... Parce que l'Europe mérite une défense
Login / Subscribe

commerce extérieur , Etats-Unis , extraterritorialité , , JCPOA , Karine Berger , Nucléaire Iranien

Twitter LinkedIn Facebook Print

Karine Berger en 2015. (©Karine Berger)

(B2 - Exclusif) En se retirant de l'accord sur le nucléaire iranien (JCPOA), les États-Unis ont rappelé le risque de poursuites extraterritoriales pour les entreprises étrangères. Même si les Européens décident de maintenir le dialogue avec Téhéran, leurs intérêts pourront être ciblés par des procédures judiciaires. Est-il possible d'y échapper ? Karine Berger se montre sceptique.

Karine Berger est économiste, poytechnicienne et diplômée de l'ENSAE (l'école des statistiques françaises. Elle a aussi travaillé à la direction des prévisions de Bercy (le ministère de l'Economie et des Finances). Autant dire que les chiffres et l'économie, elle maitrîse. Elle a aussi siégé à l'Assemblée nationale comme députée des Hautes Alpes, sur les bancs du Parti socialiste, de 2012 à 2017. Elle est l'auteure, avec son collègue Pierre Lellouche (ex député Les Républicains, ancien secrétaire d’État aux Affaires européennes puis au commerce extérieur) d'un rapport d'information sur "l'extraterritorialité de la législation américaine." Ils y dénoncent des mesures abusives, en particulier au prétexte de la lutte contre la corruption. Le sujet des embargos y est aussi abordé.

Le retrait des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien inquiète les entreprises européennes, présentes dans ce pays. Que change cette décision de Washington ?

Historiquement, aux États-Unis, il y a deux types de sanctions qui concernent l’Iran. Les sanctions primaires concernent toutes les personnes américaines et toutes les entreprises qui ont un intérêt américain. Toute entreprise qui utilise du dollar, qui utilise une boîte mail qui passe par le sol américain, peut faire l’objet d’une poursuite. Ces sanctions n'avaient pas été levées dans le cadre de l’accord sur le nucléaire iranien.

Suivez nous
réalisation Vans Authentic Femme Livraison Gratuite 2018 Le Plus Récent Vue La Vente En Ligne En Ligne Officielle Bas Prix Sortie 5QAbpV
© IFRIS 2012 > 2018